TRAVAILLER DANS LE FROID NE S’IMPROVISE PAS

Travailler dans le froid peut s’avérer difficile et dangereux pour la santé et la sécurité des travailleur.
Les personnes exerçant un métier dans des ambiances froides (températures inférieures à 5°), que ce soit en extérieur ou en intérieur (froid artificiel) sont exposés à des risques importants comme l’hypothermie, les engelures. 
Les risques d’accidents du travail sont alors augmentés comme les chutes de plain-pied, les accidents de manutention dues à la baisse de dextérité manuelle, aux troubles musculo-squelettiques.


QU’EST CE QUE L’HYPOTHERMIE ?
L’hypothermie représente la pathologie due au froid la plus grave ; elle résulte d’une perte excessive de chaleur corporelle et de l’abaissement consécutif de la température centrale du corps.

L’hypothermie peut être fatale. Les signes généraux sont :
-des frissons,
-une atonie (manque d’énergie),
-des signes cutanés (peau froide),
-et neurosensoriels (désorientation, confusion, voire perte de conscience).

EN CAS D’URGENCE , faire appel aux services d’urgence (15 Samu ou 18 pompiers) et attendre leurs instructions.

QUEL EST LE SEUIL DE TEMPÉRATURE Á NE PAS DÉPASSER ?
Selon l’INRS « Il n’est pas possible de définir une valeur seuil de température « froide » en milieu professionnel. Des critères physiques, climatiques ou individuels sont à prendre en compte, ainsi que la dépense énergétique liée à la réalisation du travail. Un environnement froid peut être simplement défini comme celui entraînant des pertes thermiques supérieures celles habituellement observées. L’INRS rappelle  que le corps doit maintenir sa température à 37° sous peine d’une dégradation physique de la santé de la personne. »



LES MESURES DE PRÉVENTION 
L’employeur est tenu d’aménager les situations de travail à l’extérieur de manière à assurer, dans la mesure du possible, la protection des travailleurs contre les conditions atmosphériques en adaptant un dispositif relatif :
à la conception et à l’aménagement des situations de travail
-à l’organisation du travail
– à la formation et information des salariés
– et à la mise à disposition de protections individuelles adaptées.

Ces mesures sont applicables à tous secteurs d’activité et doivent être adaptées et complétées par des mesures de prévention spécifiques en fonction des contextes et environnements professionnels.


Pour tout renseignement, contactez votre médecin du travail


01/12/2017 – article publié par VD
Source INRS